Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Culture Geek

Culture Geek

Bible du cinéma en construction, le site Culture Geek a pour but d'analyser et de critiquer tous les films sortis à ce jour, avec quelques écarts vers d'autres médias, des comics à la musique, en passant par les séries télé et la littérature. Bonne lecture, bonnes recherches, en espérant vous compter un jour parmi mes plus fidèles abonnés. Le blog des passionnés ou des simples lecteurs. Un blog fait pour tout le monde.


Le Film du Jour : Jurassic Park ( 1993 )

Publié par pellflorent sur 26 Janvier 2014, 15:28pm

Catégories : #Action - Aventures, #Critiques Cinéma

 

 

20336534.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

 

Jurassic Park est un film original, novateur et mondialement reconnu. Qui n'en a jamais entendu parler, ou qui n'a jamais entendu le nom de Steven Spielberg à la télé, sur le net, ou dans une bribe de conversation? Peu de gens, je pense. Et c'est d'ailleurs parce que Steven Spielberg est un fan du King Kong de 1933 qu'il a réalisé ce film, voulant se faire lui même son propre King Kong. Remplacez Jurassic Park par l'île du gorille géant, les dinosaures par King Kong, les explorateurs par des cinéastes et d'autres explorateurs, ajoutez y une histoire d'amour entre deux espèces, et vous aurez ce long-métrage plutôt jouissif et extrêmement bien réalisé. Et justement, le fait que Steven Spielberg dise lui même que son film est largement moins culte que le King Kong d'origine démontre la modestie du réalisateur et l'amour qu'il porte à cette oeuvre culte de 1933. Maintenant, penchons nous plus en profondeur sur Jurassic Park.

 

Au premier coup d'oeil, et lorsque les premières scènes se déroulent devant nos yeux, on se croirait devant un film d'aventures plutôt banal, qui ne sortirait pas des normes. Mais cette pensée, c'est avant d'être arrivé à ce lieu que l'on ne peut qu'observer en étant émerveillé, Jurassic Park, qui donne le titre au film. Les premiers dinosaures apparaissent, et le spectateur restera bouche bée en proliférant divers mots de satisfaction et d'enchantement, tout en étant comblé du spectacle qui lui est présenté. C'est entièrement incroyable, voila un rêve de gosse qui se réalise : voir de mes propres yeux de vrais dinosaures, en chair et en os, bien qu'ici ils ne soient pas réellement.

 

Ce film est une énorme illusion; il vous montrera tous ces dinosaures durant un peu plus de deux heures et vous fera croire jusqu'à la fin que ces monstres sont vraiment en face de vous, et que ce vous voyez n'est pas fait d'effets spéciaux et de numériques. Non, ici, devant votre écran, vous vous croirez revenu au temps du jurassique, et non dans votre salon ou dans votre chambre. Et cela, cette impression féérique, c'est tout simplement monstrueusement réussi. Les effets spéciaux sont tellement bien faits, à un tel point grandiose, que pour un film ayant cet âge, il est tout de même assez incroyable d'être arrivé à un tel niveau de réalisme.

 

Bon, bien sur, je ne parle pas des dinosaures robots qui ont été créé pour le film, car vous le verrez par vous même, surtout pour la première apparition monstrueuse du T-Rex, le dinosaure que tout le monde voulait voir, et qui met tant de temps à montrer le bout de son museau. Et elle est aussi là, la force de Jurassic Park : lorsqu'on veut voir certains dinosaures, Spielberg ne nous les montre pas, et préfère nous laisser mariner et attendre, à l'image de la découverte en voiture du parc. La première apparition du T-Rex est donc surement l'une des scènes les plus marquantes qu'il m'ait été donné de voir au cinéma, et je pense m'en souvenir pour plusieurs années encore. Le cri de l'animal est puissant, saisissant et bon pour vous casser les oreilles. Est-ce que les T-Rex criaient comme cela, je n'en sais rien, mais qu'est-ce que cela rend bien, au cinéma!

 

Bon, la fin pourra en décevoir certains, tant elle est rapide et brève. Alors oui, je dois bien reconnaître qu'il aurait été difficile de terminer Jurassic Park autrement que cela par soucis de réalisme, mais moi même je m'attendais à plus gros et plus imposant, quand même! Attention, je ne considère pas cela comme un défaut, loin de là. C'est un choix narratif et artistique, et jamais je ne pourrais qu'un tel choix est un défaut. Un mauvais choix, certes, mais il pourra plaire à certains, comme il ne plaira pas à d'autres.

 

Comme je l'ai écrit plus haut, les acteurs sont tous excellents et aussi bons les uns que les autres, bien que j'ai une légère préférence pour Jeff Goldblum, héros de La Mouche et second rôle de L'invasion des profanateurs de sépulture, le remake de 78. L'ironie et le talent d'interprétation de cet homme sont équivalents, et c'est celui qui procure le plus de sourires, via ses phrases ironiques, parfois cyniques, et ses "je vous l'avez dit" sans réellement les prononcer. Voila un excellent divertissement qui ravira les plus petits comme les plus grands et vous émerveillera sans réel problèmes. Finalement, Steven Spielberg n'est pas Steven Spielberg pour rien!

 

16/20

 

 

"Dieu créa les dinosaures

Dieu tua les dinosaures

Dieu créa l'homme

L'homme tua Dieu

L'homme crée les dinosaures

Les Dinosaures tuent l'homme" Ian Malcolm.

 

"La femme prend la place de l'homme,

La femme dirige le monde" Ellie Sattler.

 

20523406-r 640 600-b 1 D6D6D6-f jpg-q x-xxyxx

 

Par Florent Pelletier

 

Commenter cet article

THOUVENIN Aurélien 26/03/2014 10:42

Le film qui m'a fait aimé le cinéma et c'est depuis ce film que je veux être réalisateur, j'avais 7 ans.

pellflorent 26/03/2014 16:52


Je te comprend, un grand film !


Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents