Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Culture Geek

Culture Geek

Bible du cinéma en construction, le site Culture Geek a pour but d'analyser et de critiquer tous les films sortis à ce jour, avec quelques écarts vers d'autres médias, des comics à la musique, en passant par les séries télé et la littérature. Bonne lecture, bonnes recherches, en espérant vous compter un jour parmi mes plus fidèles abonnés. Le blog des passionnés ou des simples lecteurs. Un blog fait pour tout le monde.


A la poursuite du diamant vert ( 1984 )

Publié par pellflorent sur 25 Février 2014, 16:53pm

Catégories : #Action - Aventures, #Critiques Cinéma

 

 

 

 

 

18891988.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

 

En 1981, Steven Spielberg révolutionnait les films d'aventures et les remettait au goût du jour avec son "Les Aventuriers de l'Arche perdue", premier film contant les exploits et la vie d'Indiana Jones, mythique aventurier interprété par un Harrison Ford au sommet de sa forme et de son art. Le succès fut si grand que plusieurs suites devaient voir le jour, et que des plagiats devaient en jaillir en masse, les plus flagrants étant les deux "Allan Quatermain", des "Indiana Jones" like exclusivement pour enfants.

 

Mais il y a aussi eu "A la poursuite du diamant vert", le premier volet d'une duologie dont la suite se nomme "Le Diamant du Nil". Au contraire de Quatermain, "A la Poursuite du diamant vert" n'est pas un copié collé d'Indiana Jones. Il s'en démarque même, et n'a de pastiches de ce film culte que la réputation. En effet, le scénario n'y est pas comparable et s'en trouve très éloigné, préférant trouver ses bases dans une histoire plus urbaine et donc un peu plus "banale". Et c'est justement parce qu'il se démarque des "Aventuriers de l'Arche perdue" que ce long-métrage est aussi bon et que l'on s'en souvient encore aujourd'hui.

 

Mais mis à part tout cela, qu'est-ce qui fait que ce long-métrage est toujours aussi bon que lorsqu'il est sortit en salles? Plusieurs choses, en fait. Tout d'abord, son humour est l'un de ses principaux points forts. En effet, on rit quelques fois, on sourit souvent. Mais attention, ne vous attendez pas à rire aux éclats ou à être hilares, car vous ne le serez pas. C'est surtout que l'humour est assez finement dosé et suffisamment bien placé pour qu'il fasse mouche la plupart du temps.

 

Ensuite vient la prestation des acteurs. Comme à son habitude, Michael Douglas est excellent, parfait même, bien que je le préfère largement dans le cultissime "Liaison Fatale", dont j'ai fait la critique il y a déja quelques temps. A ses côtés se trouvent Kathleen Turner, dont je ne connais le nom que grâce à ce film, et l'irrésistible et délirant Danny DeVito, le pingouin de "Batman, le défi", très bon acteur qui n'a plus tourné dans aucun bon film depuis quelques années. Ces deux interprètes sont aussi bons l'un que l'autre. Je ne vous parlerai pas des autres comédiens, car je ne les connais tout simplement pas!

 

Le côté film d'aventures est assez bien poussé, et le scénario est plutôt bien rédigé en plus d'être éloigné d'Indiana Jones, comme je l'ai dit plus haut. Ce que l'on suit à l'écran est plutôt original, et les scènes se déroulent avec une certaine logique, certaines d'entre elles se terminant parfois un peu trop vite, et d'autres s'éternisant un peu trop longtemps, ce qui nous offre quelques longueurs, bien que rares, mais plutôt malvenues.

 

Il est plutôt amusant de constater que le long-métrage se permet de s'aider d'astuces dont seules les comédies usent pour s'extirper de situations presque inextirpables, ce qui augmente la légèreté d’ "À la poursuite du diamant vert" et en fait donc un film plutôt agréable et complètement assumé dans les directions qu'il prend. A certains, cela plaira, à d'autres non, mais j'ai apprécié ce second degrés de film d'aventures complètement décomplexé. Pour résumer, voila un Indiana Jones like de qualité, si je puis l'appeler ainsi, qui se démarque de ses bases et amuse énormément. Un très bon divertissement, un bon film.

 

13/20

 

Par Florent Pelletier

 

A la poursuite du diamant vert ( 1984 )

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents