Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Culture Geek

Culture Geek

Bible du cinéma en construction, le site Culture Geek a pour but d'analyser et de critiquer tous les films sortis à ce jour, avec quelques écarts vers d'autres médias, des comics à la musique, en passant par les séries télé et la littérature. Bonne lecture, bonnes recherches, en espérant vous compter un jour parmi mes plus fidèles abonnés. Le blog des passionnés ou des simples lecteurs. Un blog fait pour tout le monde.


La Course aux DTV #14 --> 13 ( 2008 )

Publié par pellflorent sur 15 Février 2014, 16:25pm

Catégories : #Thriller - Policier, #Drame, #Critiques Cinéma, #La Course aux Téléfilms

 

 

 

19695139.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

 

Autant le dire de suite, je n'ai visionné ce film que pour Jason Statham, qui est un acteur que j'aime assez, et que je trouve charismatique et bon interprète. Pour tout vous dire, je ne m'attendais vraiment pas à pareil résultat. En effet, j'avoue être divisé. D'un côté, je le trouve malsain et bâclé, et d'un autre, je le trouve bon et bien interprété. Je m'explique.

 

Cette violence omniprésente passée la première demi heure pourra en gêner certains, et moi, personnellement, elle ne m'a pas plu. Lorsque je regarde un film, je ne veux pas être dérangé par une malsainité croissante à mesure que les minutes défilent, et que la première heure s'achève. Étrangement, ce long métrage m'a rappelé, et ce seulement dans le fond, le premier Hostel d'Eli Roth, qui allait loin dans le sadisme et la violence gratuite. Je dois bien vous concéder que la violence est ici beaucoup moins poussée à son paroxysme, mais j'ai ressenti une certaine gêne en observant ce jeu de roulette russe filmé sans pudeur ni censure.

 

Attention, je ne dis pas que ce film m'a marqué au point que j'y pense la nuit, car ce serait vous mentir. C'est surtout la surprise de quand vous vous attendez à voir un Statham banal et basique, et que vous tombez sur un long-métrage pareil. Bien sur que j'ai vu pire, comme Eden Lake par exemple, qui lui m'a réellement marqué, mais je vous concède que celui ci est de bonne facture pour ce qui est de violence. Je n'ai pas utilisé le mot gore, car il n'est pas gore : il est violent psychologiquement et physiquement, sans que cela soit exagéré et que des litres de sang viennent repeindre le sol et le mur.

 

Alors, pourquoi ai-je utilisé le terme de bâclé? Et bien tout simplement pour la fin, beaucoup trop rapide et mal menée, et pour certaines scènes qui se terminent bien trop vite à mon goût. La fin est tellement décevante, et la conclusion si mal amenée qu'on ne pourra qu'être déçu en voyant le résultat final. Une fois arrivé au climax, on ne pourra que se dire : Tout ça pour ça?! Mais bon, passons, et concentrons nous à présent sur les points positifs de ce 13, étrange titre que vous comprendrez une fois que vous aurez visionné ce long-métrage, et ce seulement si vous avez envie de le voir.

 

Comme je l'ai dit plus haut, c'est un bon film. Pourquoi? Tout simplement parce qu'il est bien interprété, assez bien filmé, qu'il est plutôt bien scénarisé et que l'idée de base est originale. Alors je sais bien que c'est le remake d'un film du même réalisateur, Bela Babluani, film se nommant 13 Tzameti. Ne me demandez pas ce que signifie Tzameti, je n'en ai aucune idée, car je n'ai pas vu l'original. C'est pourquoi je ne le comparerai pas au remake. Il n'en demeure pas moins que cette idée est certes malsaine, mais surtout très efficace.

 

C'est très surprenant de voir Curtis Jackson, 50 cent pour ceux qui ne le sauraient pas, dans pareil film. Moi qui pensais plutôt l'apercevoir dans des films d'action, ou autobiographiques ( Réussir ou Mourir ), je ne pensais pas qu'il tournerait dans un thriller, qui plus est dans un direct to dvd. Mais bon, on joue dans ce qu'on peut de nos jours, et il faut bien le reconnaître, 50 cent est quand même meilleur pour rapper, et non chanter, que pour être acteur. Statham, comme à son habitude, est impliqué dans son rôle et colle parfaitement à son personnage, ce qui ne peut que nous renforcer dans l'idée qu'il est très bon interprète. On croisera aussi Mickey Rourke en second couteau qui reprendra un rôle viril, comme il a pour habitude de la faire. Un long-métrage paradoxal, entre le bon et le moins bon, entre la finesse et le bâclé.

 

12/20

 

Par Florent Pelletier

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents