Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Culture Geek

Culture Geek

Bible du cinéma en construction, le site Culture Geek a pour but d'analyser et de critiquer tous les films sortis à ce jour, avec quelques écarts vers d'autres médias, des comics à la musique, en passant par les séries télé et la littérature. Bonne lecture, bonnes recherches, en espérant vous compter un jour parmi mes plus fidèles abonnés. Le blog des passionnés ou des simples lecteurs. Un blog fait pour tout le monde.


[Critique Cinéma] : American Nightmare 2 : Anarchy rattrape-t-il le premier film?

Publié par Culture Geek sur 7 Février 2017, 12:09pm

Catégories : #Critiques Cinéma

Après la déception du premier volet, la trilogie American Nightmare pourra-t-elle se rattraper avec ce second volet? Décryptons une bonne surprise...

J'ai rarement vu, au cinéma, de potentiel aussi facilement gâché que celui de feu American Nightmare. Un sujet passionnant, des thématiques fascinantes à aborder, un sujet de société des plus brûlants. Que ferait-on si le gouvernement décidait de légaliser, le temps d'une nuit annuelle, les pires vices et sévices? Telle est la question à laquelle aurait dû répondre le film de James DeMonaco.

Ratage complet au niveau de son scénario, le premier volet de ce qui sera ensuite une trilogie d'action/horreur ratait complètement le coche. Banal huis clos angoissant, il décidait de larguer toute réflexion au prix d'une action certes efficace, mais largement en deçà de ce qu'on aurait pu attendre d'un tel film. C'est donc avec une suite sans aucun rapport avec l'original que DeMonaco tentera de se rattraper. Vaut-elle vraiment le coup? Verdict.

Loin de constituer la déception du film originel, Anarchy se contente d'être un bon film d'action au sous-texte politique clair. Plus de bête huis clos dans une simple maison, plus d'intrigue minimaliste au possible. Ici, l'action se déroule en pleine ville, dans la nuit, sous les lampadaires et les coups de feu. Ca saigne, ça pleure, ça meurt. C'est cela, American Nightmare.

Purge annuelle que celle-ci, on a donc droit à une saga qui s'étendra dans le temps. Mine de rien, si le résultat est toujours de cette qualité, j'en veux pour dix ans de plus. Avec une qualité revue à la hausse. Car même si le résultat s'avère un tant soit peu convaincant, faut bien dire qu'il manque de solidité. Loin d'être inattaquable, ce second volet se démarque surtout du précédent par son action et son ultra-violence assumées.

C'est à l'échelle de la ville, et pour le coup, c'est plutôt bien géré, avec une montée progressive dans l'horreur assez bien foutue, et des scènes chocs qui rendent plutôt bien ( celle de l'appartement des amis, quel drame ! ). On regrettera cependant le début paresseux de l'oeuvre, avec ses dialogues lourdingues et ses situations peu naturelles. Nul doute que lorsqu'il s'agit de mettre en place son intrigue, DeMonaco s'impatiente tellement qu'il ne parvient pas à donner une qualité constante.

Car si le début pourra refroidir bien des ardeurs, la suite relèvera le niveau, s'efforçant de trouver une originalité dans l'horreur. Une originalité qui se transmet surtout lors de la montée en apothéose de l'intrigue, soit lorsque tout se joue. Je veux parler là de cet affrontement entre riches sadiques et modestes personnes armées, situation qui fait froid dans le dos par son réalisme glacial. C'est dans l'excès, mais l'excès est bien géré.

On notera aussi les ralentis efficaces de la mise en scène et le savoir-faire des gunfights, explosifs et bourrés d'adrénaline. Fort de son suspens important, cet Anarchy ne peine pas à divertir. Et si le film réussit si bien dans ce qu'il fait, c'est aussi grâce à la présence au casting du très charismatique Frank Grillo, acteur assez rare qui donne ses traits au héros de l'histoire. Un excellent choix de casting que voici. Le meilleur acteur du film.

Au final, American Nightmare 2 : Anarchy est un bon petit film sans prétention, le genre qui manque de finesse mais te fait passer une agréable soirée. Pour ce qui est du potentiel thématique de l'oeuvre, il est assez bien respecté; on voit vers où cela pourrait nous mener, et même si cela reste plutôt basique, l'effort est suffisamment louable, et la qualité assez revue à la hausse pour ne pas bouder son plaisir et le visionner sans à priori. A voir, une bonne série b du genre.

Lire aussi :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents