Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Culture Geek

Culture Geek

Bible du cinéma en construction, le site Culture Geek a pour but d'analyser et de critiquer tous les films sortis à ce jour, avec quelques écarts vers d'autres médias, des comics à la musique, en passant par les séries télé et la littérature. Bonne lecture, bonnes recherches, en espérant vous compter un jour parmi mes plus fidèles abonnés. Le blog des passionnés ou des simples lecteurs. Un blog fait pour tout le monde.


Taken 3 ( 2015 ) --> Moule bite et haltérophilie

Publié par pellflorent sur 25 Août 2016, 10:27am

Catégories : #Critiques Cinéma, #Action - Aventures, #Drame

 

 

J'ai mis du temps à me résigner à voir Taken 3. Quelque chose en ce film me faisait vraiment peur; je ne sais trop quoi. Peut-être était-ce la moyenne assassine des spectateurs, ou bien le fait que le métrage était encore moins bien noté ( mais vraiment moins ) que le second volet de la trilogie. Et puis, je me suis lancé dans l'expérience. Alors oui, d'un côté, j'suis vraiment satisfait de l'avoir vu; c'est bon, je peux dire que j'ai conclu la trilogie Taken. Mais j'aurai quand même préféré que Besson la conclue autrement, dans son cas.

Concrètement, je commence sérieusement à en avoir raz le bol de Besson. Mais vraiment. C'est physique. Entre Malavita, les suites des Minimoys, et toutes ses productions merdiques de chez Europacorp, faut clairement que le mec stoppe de produire, réaliser, scénariser, suivre de loin comme de près de pauvres petites séries b. Le mec massacre tout. Et c'est pas Carpenter qui va me faire mentir.

Bien sûr, Taken 3 ne déroge pas à la règle; le scénar est torchée avec le cul, les dialogues pas forcément extraordinaires, et le flic de service ne sert à rien. Sans mauvais jeu de mots. L'intérêt du film réside surtout dans la conclusion d'une trilogie attachante bien qu'en perte de rythme, et dans des adieux mérités au personnage de Brian Mills, porté par un Liam Neeson qui se tape le kiff de sa vie.

File lui un flingue, un montage épileptique et des plans par dizaines, et le mec se la joue James Bond avec un petit côté Harrison Ford ( Le Fugitif ma gueule ). Dans le fond, c'est franchement plutôt triste de voir comme Besson peine à inventer des intrigues nouvelles, s'inspirant constamment des grands succès d'hier; j'attends son plagiat de Batman v Superman, perso.

C'est qu'on voudrait sérieusement retrouver le scénariste/réalisateur/producteur de Léon, Nikita, Le Cinquième Elément. Non parce que Lucy ça peut-être cool, mais quand tu le revois, autant te dire que tu souffres salement. A la différence prêt que Malavita, tu le revois même pas; c'est un détail qu'il faut préciser. Faut le dire sans se cacher, c'était foutrement mauvais.

Malheureusement, Besson a eu la fâcheuse tendance de s'armer, pour ses productions/scénarisations de films de merde, de "jeunes talents" ( haha ) de chez Europacorp. Son préféré, voyez-vous, semble être Olivier Megaton, aka le tâcheron du cinéma français, aka le ruineur d'ambiance, aka le monteur fou, aka le causeur de crises d'épilepsie. Comme toujours, son travail de mise en scène est à gerber.

Non parce c'est cool de vouloir poser une atmosphère particulière, d'essayer de rendre un résultat rapide et nerveux, mais si c'est pour te foutre quinze plans de caméra à chaque fois que Liam Neeson fait un pas, c'est clairement pas la peine de se fatiguer. Et c'est d'autant plus insupportable que dès que les dialogues viennent s'installer dans le délire, le rythme disparaît complètement, jusqu'à laisser la place à un travail de mise en scène mou du genou, pour ne point dire qu'il est plus plat qu'une planche à voile.

Deux points en moins pour la mise en scène, donc. La même pour l'écriture, au raz des pâquerettes; c'est mal amené, mal foutu. Les personnages sont mal écrits, et le méchant est construit avec les pieds ( en plus d'être interprété par un russe acharismatique en moule bite; je confirme, c'est fortement glorieux ). Reste le plaisir dissimulé de redécouvrir Liam dans le rôle de sa carrière d'acteur de merde, aux prises avec des méchants et des motifs qui n'ont pus rien à voir avec ceux des deux premiers films.

 

08/20

Par Florent Pelletier

Taken 3 ( 2015 ) --> Moule bite et haltérophilie

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents