Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Culture Geek

Culture Geek

Bible du cinéma en construction, le site Culture Geek a pour but d'analyser et de critiquer tous les films sortis à ce jour, avec quelques écarts vers d'autres médias, des comics à la musique, en passant par les séries télé et la littérature. Bonne lecture, bonnes recherches, en espérant vous compter un jour parmi mes plus fidèles abonnés. Le blog des passionnés ou des simples lecteurs. Un blog fait pour tout le monde.


Les Morfalous ( 1984 ) --> Bebel, déconneur et meurtrier

Publié par pellflorent sur 3 Août 2016, 07:11am

Catégories : #Critiques Cinéma, #Action - Aventures, #Espionnage - Guerre, #Comédie - Drame

 

 

Continuons le Rodéo Bebellien. Aujourd'hui, ce sont "Les Morfalous". Je sais, l'intro n'est pas tellement travaillée, mais à cette heure du matin, j'avais pas trop envie de m'étendre. Qu'ai-je donc pensé de ce film? Est-ce mauvais, ou foutrement bon? Haha, mystère ... Non, sérieux, "Les Morfalous" est une comédie de très bon niveau. Non seulement c'est drôle, mais en plus, c'est bon.

Personnellement, le film m'a fait pensé à "De l'or pour les braves", en version française. L'humour est aussi efficace, l'action autant poussée, et le cadre relativement identique, le scénario se calquant, lui aussi, sur le film Brian G. Hutton. Ne parlons pas de plagiat, il n'en n'est rien; j'aime à penser que les mecs avaient assez de talent pour se faire leur propre film, loin de tout pompage redondant.

Comme à son habitude, Bebel fait des étincelles, embarquant le film sur ses propres épaules. J'irai presque jusqu'à dire qu'il constitue l'âme toute entière du film, mais ce serait exagérer quelques peu son jeu d'acteur, et dévaloriser la qualité totale de l'oeuvre. En tout cas, on ne pourra pas lui reprocher de ne pas croire en son film; il s'y concentre à 100%, et s'y investit.

Aussi comique que convaincant, Bebel fait preuve d'une grande force de jeu, entre le taré déchaîné et le militaire charismatique. Mais il faut tout de même avouer que le gars est épaulé par d'excellents seconds rôles, attachants et, surtout, bien interprétés. Villeret est, à mon sens, le plus représentatif. Fouillé et humain, son personnage en vient à chatouiller le registre du pathétique, tant l'homme ainsi la pitié, pour ne point avancer qu'il mérite notre entière compassion.

Seulement, un détail étonnant reste à marquer : le métrage n'a aucune pitié envers ses personnages, s'avérant, souvent, très cruel avec ses personnages, le résultat penchant entre le film cru et comique. Ensuite, autre trait de caractère de l'écriture de l'oeuvre : les dialogues, et autres répliques délirantes.

Pour en parler plus en profondeur, il faut leur concéder une grande qualité; excellents, convaincants, ils ne peinent pas à satisfaire. Rapidement, un sacré sens de la répartie s'instaure, rafraichissant l'oeuvre à la mesure du possible. Pour tout vous dire, j'en ai rarement vu des aussi bons dans un Bebel ( et Dieu sait que j'en ai vu ); dotés d'un sacré sens de la répartie, ils font preuve d'un comique assumé, et d'une réflexion toute particulière.

Pour mieux parler du reste, ici de la mise en scène d'Henri Verneuil, je dois dire que la réalisation de l'artiste m'a énormément plu. Non seulement c'est drôle, bien monté, bien rythmé, mais en plus, c'est extrêmement efficace, réaliste et violent lors des scènes d'action ( en témoignera la scène d'introduction, incroyable pour un métrage français, renvoyant directement au réalisme d' "Un Taxi pour Tobrouk" ).

Et c'est assez agréable de voir que le metteur en scène ménage autant les scènes d'action que celle d'échanges paroliers entre chaque personnages. Très spectaculaire et violent, étonnement soigné dans ses explosions et ses fusillades ( détail d'ailleurs surprenant pour un simple métrage français ), "Les Morfalous" est un bien meilleur film de guerre ( oui, j'ose le dire ) que certaines daubes qui sortent de nos jours. Et ça à trente ans. Allez comprendre ...

 

15/20

Par Florent Pelletier

Les Morfalous ( 1984 ) --> Bebel, déconneur et meurtrier

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents