Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Culture Geek

Culture Geek

Bible du cinéma en construction, le site Culture Geek a pour but d'analyser et de critiquer tous les films sortis à ce jour, avec quelques écarts vers d'autres médias, des comics à la musique, en passant par les séries télé et la littérature. Bonne lecture, bonnes recherches, en espérant vous compter un jour parmi mes plus fidèles abonnés. Le blog des passionnés ou des simples lecteurs. Un blog fait pour tout le monde.


The Patriot ( 1998 ) --> Donald Jump

Publié par pellflorent sur 9 Juin 2016, 09:52am

Catégories : #Critiques Cinéma, #Action - Aventures, #Thriller - Policier

 


"Piège à Haut Risque" est un film étrangement maladroit; vraiment, c'est qu'il est fichtrement mal foutu, le bolide. D'un côté, c'est plutôt bon, avec des scènes pas trop mal tournées et plutôt entraînantes ( disons que voir Seagal désarmer un militaire en une seconde, ça te donne clairement envie d'aller tabasser du soviétique à grands coups d'aigle de bronze ), mais je ne peux cacher ses indéniables défauts scénaristiques, et parfois même esthétiques.

 

Pour exemple, la mise en scène de cet inconnu de Dean Semler, tâcheron à haut risque, s'avère complètement bancale : d'un côté, certains plans, notamment quelques angles de prise de vue, sont extrêmement bien choisis : le résultat, réussi, flatte les papilles; mouais, pas terrible, comme phrase. Anyway.

 

Le tout est que Semler n'a réalisé que deux films : là est la preuve que son travail ne fut guère mirobolant. Vraiment, c'était pas vraiment impressionnant. "Piège à haut risque" est à la fois son premier et son avant dernier film; autant vous dire qu'il y a mieux comme occasion de commencer et de conclure sa carrière.

 

Le soucis avec ce mec, c'est que même s'il nous pond quelques bons plans ( notamment celui avec les morts allongés dans l'hôpital ), le reste n'est guère convaincant : quand il s'agit de montrer l'action, la caméra tremble, et le reste du temps, voilà que ça manque d'entrain, de conviction, d'intensité. C'est plat, c'est classique, en bref, c'est mou !

 

D'une certaine manière, la mise en scène de ce tâcheron de Semler est à l'image de l'interprétation des acteurs. Comme à son habitude, Seagal ne vaut rien, pas même un coup de poing; le mec ne sait que... regarder la caméra sans sourire. Ouais, c'est qu'il est fichtrement balaise le bonhomme pour balancer des tatanes du turfu à de pauvres figurants, mais lorsqu'il s'agit de poser devant la caméra et jouer la comédie, faudra clairement s'adresser à quelqu'un d'autre.

 

Non pas qu'il soit mauvais interprète, ou qu'il cabotinne comme un dératé; non, le soucis avec lui, c'est qu'il est monoexpressif, impassible, sans aucune expression faciale; le bonheur chez Seagal, c'est équivalent à la peur chez Seagal, et la colère qu'il affiche est similaire à la tristesse qu'il ressent ( en vue du travail de Semler ). Quand tu te prétends acteur, faut quand même être un poil plus expressif, quoi. Et lui n'a pas de paralysie faciale.

 

Je les vois arriver, les fans de Seagal : mais non mec, les coups qu'il donne ne peuvent guère rattraper l'inexistence de son interprétation, le manque de charisme du personnage et sa fadeur évidente. Si Seagal est bon, c'est que l'arbre est loin. Cette phrase n'a de sens que si l'on est amateur de calambours douteux.

 

Le reste du casting ne vaut pas mieux; le bad guy en chef est tout aussi charismatique qu'une huitre étalée sur le sol, tandis que l'héroïne... ne sert à rien. Ouais je sais, c'est surprenant. Le problème du film viendra surtout de son écriture, pire que tout le reste. Complètement abracadabrante, illogique, encore plus bordélique que la demeure de Marc Dorcel, elle ne nous livre qu'un scénario dénué de toute logique, ainsi que des dialogues banals et rigides, loin de la fluidité des bons films.

 

Ah partir de là, comment sortir une oeuvre un minimum divertissante? En fait, ses défauts lui offrent un certain cachet; outre des fusillades convaincantes et plutôt plaisantes, tout ce qui ne va pas, tout ce qui cloche dans ce film m'a fait tilté : au final, "Piège à haut risque" est une série z de haut prestige, et qui trouve ses qualités premières dans ses problèmes : véritablement grotesque, involontairement comique, le film est porté par un Seagal qui se la joue indien d'Amérique. Rien que ça, ça vaut le détour.

 

08/20

Par Florent Pelletier

The Patriot ( 1998 ) --> Donald Jump

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents