Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Culture Geek

Culture Geek

Bible du cinéma en construction, le site Culture Geek a pour but d'analyser et de critiquer tous les films sortis à ce jour, avec quelques écarts vers d'autres médias, des comics à la musique, en passant par les séries télé et la littérature. Bonne lecture, bonnes recherches, en espérant vous compter un jour parmi mes plus fidèles abonnés. Le blog des passionnés ou des simples lecteurs. Un blog fait pour tout le monde.


Hitman : Agent 47 ( 2015 ) --> "Terminator 6 : The Rise of 47", ou "Rupert hasn't made many Friends"

Publié par pellflorent sur 3 Février 2016, 18:12pm

Catégories : #Critiques Cinéma, #Action - Aventures, #Science Fiction - Fantastique, #Thriller - Policier

 

 

La haine qu'ont les gens envers "Hitman : Agent 47" m'a longuement surpris. Adorant le personnage, bien que beaucoup moins le concept même du jeu, c'est que j'avais envie de le voir, ce film ci. Non pas que je m'attendais à quelque chose de fidèle au jeu ( avec la bande-annonce, fallait quand même être sacrément con pour penser pareille chose ), mais j'espérais surtout tomber sur un bon film d'action.

Et c'est exactement ce que j'ai trouvé dans l'oeuvre en question : rythmée, explosive, esthétique, elle remplit son rôle à merveille, bien que trahissant, il est vrai, l'esprit même du jeu de base. Personnellement, cela ne m'a pas gêné; quand je vais au cinéma, ce n'est pas pour tomber sur un jeu que je n'aime pas, c'est pour voir le genre de choses que j'apprécie. 

Mais attention, je comprends parfaitement le point de vue de ceux qui ont détesté; il est vrai qu'il n'y plus grand rapport avec l'oeuvre de base. Seulement, voilà que j'ai noté un certain désir du metteur de reprendre les éléments clé de l'univers vidéoludique. Les déguisements, et autres costumes, que 47 enfile constamment pour se dissimuler dans un lieu sont étonnement repris; pour le coup, c'est balancé par ci par là, augmentant la cohérence du récit.

De plus, certaines scènes évoquent clairement un esrit vidéoludique : celle des caméras, par exemple, exprime parfaitement mon propos. Elle m'a vraiment fait penser à ces scènes d'infiltration que l'on trouve dans les jeux James Bond ( surtout "Nightfire" ). Après, peut-être que cela ne colle pas vraiment à l'esprit réel du personnage, mais personnellement, j'ai apprécié l'effort fourni par Aleksander Bach.

Oui, j'ai trouvé son boulot particulièrement convaincant. Car d'un point de vue esthétique, Hitman est, à mon goût, une sacrée réussite. Non seulement c'est beau, mais dans le genre film d'action, c'est vraiment le top du top. Ca pète, ça gueule pas trop, ça explose, et c'est joli à voir. Que demander de plus? 

Une mise en scène efficace? Elle l'est. Pour son premier film, Bach fait vraiment fort. Non seulement c'est stable, explosif, mais, de plus, le mec parvient à trouver de bons angles, qui, pour le coup, servent réellement à la qualité du film. Juste avant, j'ai regarde "The Transporter : Refueled", et je peux vous assurer que le metteur en scène d'Hitman a fait du sacré bon boulot. 

J'aimerai par contre signaler un manque de qualité des effets spéciaux; ils tiennent la route, mais font trop jeu vidéo, trop image de synthèse. En bref, ce n'est pas assez réaliste et convaincant. Et c'est dommage, parce qu'ils affichaient un réel jeu des couleurs, d'ailleurs très convaincant. Pour le coup, cela gâche un peu l'expérience. Mais bon, le spectaculaire de certaines scènes, et la qualité de l'action de nombre d'entre elles, viendront rattraper le tout. 

A noter, également, une écriture tantôt banale tantôt bancale, à mi chemin entre le jeu et un mélange X-Men/Terminator. J'espère ne pas être le seul à évoquer ce point ci, mais les quarante premières minutes du film sont un sacré plagiat de Terminator : l'aspect indestructible de l'homme, l'explication du pourquoi et du comment dans la voiture, la fuite du commissariat, ici une ambassade, et pour, terminer, le rapprochement dans l'hotel ( même s'il est, ici, minime ).

Seulement, voilà que je n'en veux pas au film. Pourquoi donc? Parce que c'est bienfait. Cela lui permet de feinter le spectateur, de lui faire croire des choses pour, ensuite, lui en foutre plein la vue, au détour d'une claque et de deux pétaradantes fusillades. Rien à signaler en ce qui concerne les dialogues, ni au niveau de leur répartie. 

Un autre détail reste à évoquer avant de conclure : j'ai souvent eu l'impression que certains éléments tombaient de n'importe où; la toute dernière séquence, par exemple, n'a jamais trouvé aucune signification, ou ne serait-ce aucun sens, dans mon esprit. Et pourtant, j'ai beau chercher, je ne trouve toujours aucune explication. L'existence du gilet par balles si particulier de Quinto manque, lui aussi de crédibilité. Okay, c'est cool, d'inventer, mais pas quand ça n'a plus de sens.


En petite conclusion : "Hitman : Agent 47" est un très bon film, bien qu'imparfait. Largement meilleur que le premier volet, ce reboot le surpasse largement, et sans problème particulier, si ce n'est les quelques détails précédemment évoqués. L'aspect très spectaculaire de l'oeuvre les rattrape néanmoins, mené par un Friend charismatique et parfait pour le personnage. Et puis merde, c'est qu'il respire sacrément la classe, ce film ! Monstrueux de bout en bout, haletant du début à la fin, sans que jamais le repos ne vienne s'installer dans notre esprit. 

 

15/20

A noter, sur l'affiche d'introduction, un plagiat sidérant de l'affiche d'inception. 

Par Florent Pelletier

Hitman : Agent 47 ( 2015 ) --> "Terminator 6 : The Rise of 47", ou "Rupert hasn't made many Friends"

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents