Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Culture Geek

Culture Geek

Bible du cinéma en construction, le site Culture Geek a pour but d'analyser et de critiquer tous les films sortis à ce jour, avec quelques écarts vers d'autres médias, des comics à la musique, en passant par les séries télé et la littérature. Bonne lecture, bonnes recherches, en espérant vous compter un jour parmi mes plus fidèles abonnés. Le blog des passionnés ou des simples lecteurs. Un blog fait pour tout le monde.


Bis ( 2015 ) : Bis repetia

Publié par pellflorent sur 20 Novembre 2015, 17:11pm

Catégories : #Critiques Cinéma, #Comédie - Drame, #Science Fiction - Fantastique

 

 

J'avais quelques apprioris au sujet de "Bis"; n'appréciant pas particulièrement les comédies populaires françaises, j'avais tout de même peur du résultat final. Parce qu'après "Les vacances de Ducobu" et, succesivement, "Boule et Bill", autant vous dire que j'ai eu peur de ce film ci. Et y'avez de quoi, franchement : "Retour vers le futur" à la sauce franchouillarde, c'est pas bien poilant, surtout qu'on n'est pas spécialement doués pour les CGI. 

Globalement, c'est simple mais efficace. Pas vraiment hilarant, il est tout de même assez drôle pour postuler  au rang de bonne comédie populaire. Rappelant aux thèmes de notre enfance ( oui oui, même de la mienne ), il fait ainsi appel à notre expérience personnelle pour faire naître, par la même occasion, d'authentiques sentiments. En gros, il a tout de la comédie populaire qui réussit son taf. 

Pour commencer, je dirai que le duo principal est plutôt attachant. On ne présente plus Kad Merad et Franck Dubosc, tellement les deux hommes sont devenus des institutions à eux seuls. Je dirai que leur prestation s'avère convaincante, même si elle n'a rien d'extraordinaire; c'est simpa, sans plus. Ils font passer le temps, ai-je envie de dire. Encore que j'ai trouvé Merad largement supérieur à son accolyte ( pour changer ); son rôle est tout de même un poil plus complexe ( encore que le rapport entre Dubosc et Darmont est très poignant ), à mon sens plus intense dans la durée. 

Pour faire court, Dubosc est pratiquement écrasé par le jeu de Kad Merad. Mais je tiens à le préciser une nouvelle fois, ce dernier ne nous fournit rien de particulièrement marquant. Ensuite, on louera un aspect très léger et très plaisant; le métrage ne se prend visiblement pas la tête, et c'est exactement comme cela que je le voulais. A vrai dire, je m'attendais à quelque chose de lourd, au genre de comédie habituelle qui te fait même pas sourire.

Et, à ma grand surprise, je l'ai parfois trouvé original dans sa répartie ( un peu tout de même, mais pas trop non plus ), et assez fin dans ses vannes ( bien que ce fut rare, je dois vous le concevoir ). Bon, le niveau n'est pas non plus extraordinaire, et l'on ne se trouvera visiblement pas devant un chef-d'oeuvre de comédie française, mais en tant que petit film sans prétention aucune, autant vous dire que le résultat final passe comme une lettre à la poste. Enfin, une lettre à la poste dans les années 90. Mais anyway, vous m'aviez compris. 

L'écriture globale du métrage est elle-même très convaincante; le scénario, bien que complètement ( ou presque ) pompé sur le célèbre métrage suscité, est d'une plaisante originalité ( pour un film français ), et se révèlera, par delà même sa forme simpliste, d'une étrange intelligence. Car contrairement à ce que la plupart des spectateurs mécontents pourraient prétendre, l'on s'identifie aisément à cette situation dans laquelle les personnages évoluent. 

Non pas que l'on a déja voyagé dans le temps, mais les années lycées, qui que l'on soit, où que l'on soit, et quelque soit notre âge, cela nous parle, et nous renvoit des souvenirs de notre jeunesse. Bon, pour moi, j'y suis encore et, ne pouvant posséder cette nostalgie que vous arborez peut-être en ce moment même, je comprends l'impact que cela peut avoir sur votre personne, et celui qu'il aura sur ma personne dans dix, vingt ans, voire même cinq ans.

Et à partir du moment qu'un métrage parvient à ce point à nous faire rentrer dans son délire, à nous faire ressentir de pareils émotions, de pareils souvenirs, et à nous lancer dans une rétrospective sur notre propre vie ( comprenez que ce ne sont là que présomptions sur ce que j'aurai fait si j'avais été moins jeune ), je le considère comme éminement réussi. Car bien loin du film dont le principal objectif est de nous faire rire, celui ci aura pour vocation de nous rappeler notre vie passée.

Et voyez-vous, je trouve cette manière de procéder efficace et plutôt émouvante. Car lorsque l'on aime penser au passé, et imaginer le futur, un tel métrage ne pourra que nous satisfaire. L'oeuvre dégage donc une forte impression de film intimiste, voire personnel. Pas dans sa mise en scène, non; elle est beaucoup trop simple pour pouvoir nous faire parvenir detelles émotions. C'est surtout grâce à l'écriture globale, très bonne, et au jeu d'acteur très convaincant, bien qu'en léger déça de ce que les mecs font habituellement. 

On retiendra surtout l'histoire du père de Dubosc, sôbrement interprété par un Gérard Darmon touchant et juste. Vous l'aurez compris, j'ai particulièrement apprécié cette comédie qui, sans s'avérer être impérissable, se révèlera au final comme une oeuvre convincante, profonde et réfléchie. Parfois, il ne faut pas que se contenter de regarder la forme, il faut aussi savoir s'intéresser au fond. 

 

14/20

Par Florent Pelletier

Bis ( 2015 ) : Bis repetia

Commenter cet article

Bella 01/12/2015 14:08

Ce film n’est pas le meilleur que j’ai vu certes, mais j’ai adoré la complicité entre les deux protagonistes (Franck Dubosc et Kad Merad). Qui plus est, j’ai passé un bon moment en compagnie de mes amis du réseau social http://www.woozgo.fr/ . On adore les comédies de ce genre : simple et efficace.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents