Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Culture Geek

Culture Geek

Bible du cinéma en construction, le site Culture Geek a pour but d'analyser et de critiquer tous les films sortis à ce jour, avec quelques écarts vers d'autres médias, des comics à la musique, en passant par les séries télé et la littérature. Bonne lecture, bonnes recherches, en espérant vous compter un jour parmi mes plus fidèles abonnés. Le blog des passionnés ou des simples lecteurs. Un blog fait pour tout le monde.


Les Super-Héros Indépendants #6 / La Daube du Jour / La Course aux DTV #67 --> The Crow : La Cité des Anges ( 1996 ), un sequel tout droit sorti des tréfonds de l'enfer

Publié par pellflorent sur 25 Mai 2015, 16:16pm

Catégories : #Critiques Cinéma, #La Course aux Téléfilms, #La Daube du jour, #Super Héros - Comics, #Rétrospectives, #Drame

 

 

 

 

Avant de voir cette "suite" à "The Crow" ( plus une séquel sans lien logique qu'autre chose, encore qu'il y en est un, et c'est pour cela que je l'ai appelé suite ), j'avais peur. Vraiment, j'étais plein d'appréhension. Comment faire aussi bien dans une suite, hmm? Et bien honnêtement, quand un métrage s'approche autant de la perfection que celui de Brandon Lee, ce n'est pas possible. Et donc, sachant pertinement que j'allais être déçu, j'ai donc visionné ce second opus, espérant tant bien que mal qu'il ne dénaturerait pas trop l'oeuvre d'origine.

 

Et j'avais raison d'autant me méfier, car le niveau n'est franchement pas folichon, mais alors pas du tout. En fait, ce qui gêne le plus n'est pas l'interprète de The Crow, aussi étrange que cela puisse paraître, c'est sa mise en scène complètement ratée et gâchée par un esthétisme franchement douteux.Pour vous dire, celle du film précédent était vraiment magnifique, et possédait un sens des jeux de lumière quasiment parfait, lui offrant par la même occasion une atmosphère unique et palpable, rendant le tout brillant et fascinant.

 

Ici, rien de tout ça : à la place des jeux de lumières, surement bien trop complexes pour le piètre talent du photographe, on a droit à un filtre d'image dégueulasse. Oui, ils ont osé mettre un film d'image pour un univers tel que celui de "The Crow". Et il est jaune. Et non, je plaisante pas. Voyez-vous, après avoir vu la suite de mon film préféré, je ne suis pas du tout, mais alors pas du tout d'humeur à plaisanter. Mais alors vraiment pas. Et ce film, dieu sait qu'il avait du potentiel.

 

David S Goyer à l'écriture, Vicent Perez en The Crow et... c'est tout. On est d'accord, ça faisait pas lourd. Et quand on voit le résultat final... non mais sérieux, les mecs, apprenez votre métier ! En fait, le film est principalement plombé par deux choses : un gros, mais alors très gros problème de mise en scène ( tellement ironique quand on voit celle du premier ...) et une écriture qui ne suit clairement pas la cadence. Pour en revenir à la mise en scène de l'inconnu ( en tout cas je l'espère ) Tim Pope ( après vérification, il l'est bien, puisqu'il signe ici son seul véritable film, et quel film ! ), elle est vraiment catastrophique.

 

Sans exagérer, sans les quelques belles images qui existent ( le héros qui porte son fils, qui plante une croix dans le sol, et quelques autres ), cette réalisation pourrait prétendre au statut du top 10 des pires mises enscène possibles et imaginables. Sérieusement, elle a le talent de ne rien mettre en valeur, et de tout gâcher. Un exemple tout bête : même la bande-sonore d'assez bonne qualité, il faut l'admettre ( encore que le thème principal du premier semble jurer parmi tous les autres ), est tellement mal employée, tellement mal utilisée qu'elle en devient inutile et pas du tout esthétique.

 

Alors ajoutez au tout un constant filtre d'image jaune qui vient tout le temps ruiner l'esthétique dark et gothique du personnage, et vous saisirez, un minimum, l'étendue des dégâts. En fait, ce film est complètement gâché par cette même mise en scène, parce que le héros pouvait promettre un minimum. Alors certes, quand on le compare à Brandon Lee, Vincent Perez fait pale figure, pour ne pas dire qu'il pourra paraître insignifiant, mais en tant qu'acteur français, j'ai trouvé qu'il se débrouillait plutôt bien dans ce genre de rôle vraiment torturé et dark.

 

Bon, il surjoue beaucoup, mais ça fait plaisir de voir qu'il s'investit dans le rôle, et qu'il y croit. Il joue vraiment son personnage, il le vit, il le ressent, et pour cela, je ne peux qu'applaudir sa prestation qui, même si elle comporte quelques fausses notes, s'avère vraiment satisfaisante. Et avec ce maquillage complètement raté, fallait quand même arriver à y croire, sérieux ! Un maquillage blanc et noir qui est, pour en revenir à la mise en scène, complètement ruiné par ce filtre jaune insupportable, ne nous permettant ni de profiter de son look dévastateur, ni de la partie esthétique des actes de The Crow.

 

J'ai également bien aimé le côté démoniaque de Perez qui, bien que tombant parfois dans le caricatural, s'avère l'élément le plus intéressant du film. Entre de meilleures mains, il aurait pu promettre quelque chose de vraiment très bon. Le reste du casting est plutôt mauvais : entre un Thomas Jane sous une perruque et sans aucune présence, un Iggy Pop "qu'on sait pas pourquoi qu'il est là, mais qu'il est là parce qu'on sait pas pourquoi", un grand black bien méchant mais bien mauvais aussi, et une fille qui joue Sarah, oui, la Sarah du premier film, je plaisante pas, y'a même son chat, vous serez, bien entendu, très bien servis.

 

Pour l'écriture, c'est du convenu et du banal, du tantôt médiocre et du tantôt mauvais. Les dialogues sont souvent idiots et forcés, à la manière de la première scène de vengeance, et les antagonistes ne sont guère attachants. Pour vous dire, on fait carrément l'impasse sur la mort du héros et de son fils, pour se concentrer sur une vengeance dont on n'aura rien à faire, puisqu'on n'en aura que très peu expliqué les enjeux. Les répliques sonnent ainsi complètement fausses, et l'écriture globale est catastrophique. Malgré quelques bonnes idées, le scénario est raté.

 

Et bien sûr, comme dans tout mauvais film qui se respecte, beaucoup de scène de sexe sont ajoutées, des scènes qui ne rendent pas le film étrange, non, elles le rendent gratuit, inutile, inintéressant er puérile. Ouh... ça fait mal. Pour achever de "planter le clou" dans la mise scène, celle ci s'avère complètement tape à l'oeil, et se voit remplie d'effets répugnants, de ralentis et d'accélèrés n'ayant rien à envie à "Behind Enemy lines 2"; même la vision du corbeau est foirée, puisque changée. "The Crow 2", ou comment faire d'un chef-d'oeuvre du gothique une daube. Ridicule à souhait, puérile et raté, seule la prestation de Vincent Perez méritera le détour.

 

04/20

 

 

Par Florent Pelletier

 

Les Super-Héros Indépendants #6 / La Daube du Jour / La Course aux DTV #67 --> The Crow : La Cité des Anges ( 1996 ), un sequel tout droit sorti des tréfonds de l'enfer

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents