Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Culture Geek

Culture Geek

Bible du cinéma en construction, le site Culture Geek a pour but d'analyser et de critiquer tous les films sortis à ce jour, avec quelques écarts vers d'autres médias, des comics à la musique, en passant par les séries télé et la littérature. Bonne lecture, bonnes recherches, en espérant vous compter un jour parmi mes plus fidèles abonnés. Le blog des passionnés ou des simples lecteurs. Un blog fait pour tout le monde.


#Mes 17 ans ( 1/3 ) --> Le Déshonneur d'Elizabeth Campbell ( 1999 )

Publié par pellflorent sur 11 Février 2015, 18:32pm

Catégories : #Critiques Cinéma, #Drame, #Thriller - Policier

Comme vous l'aurez surement compris mes amis, aujourd'hui est bel et bien le jour de mon anniversaire. Pour ceux qui ne le sauraient pas, hier, j'avais encore 16 ans. Et oui, il existe des cinéphiles si jeunes, et qui plus est des cinéphiles pas complètement kikoolol ! Et donc, comme le dirait le très célèbre Alain Delon, ça, c'était avant. J'entame donc le premier jour de mes dix ans. Tout s'enchaîne bien, car en plus d'entrer bientôt dans la majorité et la matûrité des adultes ( haha ), je viens tout juste d'obtenir ma conduite accompagnée. Oui, je vous raconte ma vie, mais c'est aussi cela ce blog, partager nos expériences dans la vie de tous les jours. D'humeur joyeuse, je ne peux que vous faire un unique cadeau : un maximum d'articles à lire et, je l'espère, des articles de toute beauté !

 

 

 

"Le Déshonneur d'Elisabeth Cambell" est un film malheureusement méconnu, et ce pour une raison toute simple, c'est qu'il ne donne pas envie de le voir ( son affiche n'a aucun impact sur le passant, si ce n'est un pouvoir de rejection) ! Avant de l'acheter ( car oui, cela m'arrive! ), j'avais quand même de l'appréhension : "mouais, un film de guerre avec Travolta que je ne connais pas". Pourquoi pas, me suis-je alors dit. Et puis, il y avait une réduction, alors pourquoi s'en priver? Et laissez moi vous dire que j'ai bien fait de me le procurer, il est vraiment très bon!

 

Après c'est sûr qu'il n'a pas inventé la caméra, mais quand même, il est franchement plutôt bon. C'est une série b, c'est clair, mais il faut le prendre comme tel et ne pas réfléchir trop longuement et sur trop de choses pour pouvoir pleinement l'apprécier. En fait, "Elisabeth Campell" ( on va l'appeler comme ça, c'est beaucoup plus rapide! ) est le métrage type pour passer un dimanche après-midi si l'on n'a rien à y faire : il n'est pas prise de tête, et rempli son contrat à merveille.

 

Par contre, une chose que l'on ne peut pas lui enlever : il est très éprouvant! Je ne sais pas si vous l'avez vu ( et si oui, je ne sais pas si vous pensez comme moi ), mais voilà une histoire qui fait froid dans le dos! Je ne vais pas vous la révéler, ce serait gâcher les multiples rebondissements du film, mais sachez que ce n'est pas une intrigue à l'eau de rose. Et le pire ( ou le meilleur, comme vous l'entendez ) avec ce film, c'est qu'il est quand même bien écrit! Sorte de thriller sulfureux ( ne le comparez pas à la réféence du genre, "Basic Instinct", ils n'ont aucun rapport ), cet "Elizabeth Campbell" bénéficie d'un sens de l'humour parfaitement dosé et de révélations assez nombreuses, comme je l'ai déja évoqué, pour que l'ennui ne s'installe pas.

 

Il y a une tension tout du long, quelque chose qui fait que l'on ne décroche pas le fil, et que l'on suit cette histoire avec plaisir et satisfaction. Au final, c'est un sacré drame familial qu voilà, son scénar nous dévoilant des secrets pourtant bien gardés. Une sacré bonne surprise de ce point de vue là. A présent, parlons de son jeu d'acteur, ou plus précisément de sa star, John Travolta. Homme que beaucoup sous-estiment, il a su nous prouver par le passé qu'il savait changer de registre ( voir l'excellent "Volte-Face" pour cela ), et s'attaquer à des personnages plus profonds et torturés. Ici, rien de tout cela : il est le petit comique de service, le mec qui n'a qu'une passion : vous mettre des batons dans les roues.

 

Comme enquêteur, il n'y a pas meilleur, et cela se ressent dans son enquête : elle est logique et se tient bien. Bon, le niveau n'est peut-être pas aussi élevé que pour "Le Silence des Agneaux", mais comme je l'ai déja dit au sujet de "Basic Instinct", ces deux là sont incomparables. Voilà principalement pourquoi "Elizabeth Campbell" est une bonne, voire très bonne série b : parce qu'il ne se prend pas la tête, et nous sort ce qu'il nous sort sans subterfuge aucun. Il ne veut pas avoir trop d'ambitions, et cela se ressent dans l'appréciation finale. Mais revenons en à notre ami Travolta, je m'égare quelque peu.

 

Notre pote John ne surjoue pas, non, il joue bien, et s'y croit. Comme d'hab, ai-je envie de dire, à la condition prêt que là, il tente d'être comique. Et il y arrive, nous lâchant quelques cabotinages par ci par là, mais parvenant tout de même à rendre son personnage comique et attachant. Sa personnalité est assez travaillée pour que l'on s'y arrête, tout comme celle de ladite Campbell, interprétée avec talent par une excellente Leslie Stefanson, actrice n'ayant pas fait grande carrière ( cette dernière n'ayant pas dépassé l'année 2003 ).

 

Elle tenait là son cinquième film, et s'en est sortie comme un gant! La bande sonore est vraiment de qualité, tout comme la réalisation. Signée Simon West ( preuve qu'il peut faire bien mieux qu'à l'accoutumée ), elle nous réserve nombre de beaux moments, à l'image des plans de la scène finale, qui nous font ressentir toute la tristesse de l'intrigue.

 

Etrangement, il semble vouloir s'évertuer à nous montrer les soldats américains d'un oeil patriotique, alors que le sujet même du métrage n'est pas là, bien au contraire. Il dénonce les mauvais traitements que subissent certaines femmes militaires ( parce qu'elles sont des femmes, justement ), et le fait avec justesse et véridicité. Certaines scènes sont d'une efficacité scotchantes ( à l'image de celle du viol, atroce et terriblement bien filmée ), me renforçant dans mon idée que Simon West peut s'avérer être un réalisateur digne de ce nom.

 

Certaines images sont dures, marquantes ( comme celle évoquée ), mais ne vous inquiétez pas, rien de bien traumatisant. Après vision, vous prendrez un coup, je pense, car c'est ce que j'ai ressenti : un choc. Une très bonne série b comme il en existe trop peu. Evidemment, je ne peux que vous le conseiller vivement.

 

14/20

 

Par Florent Pelletier

#Mes 17 ans ( 1/3 ) --> Le Déshonneur d'Elizabeth Campbell ( 1999 )

Commenter cet article

Mina 14/02/2015 23:40

Bonsoir Florent, désolé de venir un peu en retard pour te souhaiter un très bon anniversaire : alors très très bon anniversaire ^^ Les miens sont si loin alors profites une maximum, cela passe très, trop vite ;) Pour le film, je ne me souviens pas de l'avoir vu donc merci pour ta critique ^^ et continue toujours dans cette bonne voie avec les années, tu deviendras (tu es déjà à un bon niveau) un incontournable cinéphile :)

pellflorent 16/02/2015 21:41

Comme je l'ai dis plus haut à Alex, merci beaucoup de ton commentaire, et désolé de n'avoir pu répondre plus tôt. Et encore merci pour tes compliments, cela fait toujours chaud au coeur que de vous lire, Alex et toi. Bonne soirée mina :)

Cine7Inne (Alex*56*) 11/02/2015 19:17

Joyeux anniversaire Flo ^^ Encore dans l'âge des interdits ;) En tout cas pour être cinéphile il n'y a pas d'âge, et ça tu le prouves à chaque fois ! Pour ta critique je suis d'accord avec toi, j'ai franchement bien aimé le film, surtout le final avec le père très réussi. Encore bon anniversaire, et à bientôt dans la blogosphère Flo !

pellflorent 16/02/2015 21:37

Désolé de n'avoir pu répondre plus tôt, c'est que je n'en ai pas trouvé le temps. Merci beaucoup pour ton message, cela fait très plaisir de lire de tels mots :) comme quoi, je reste encore le plus jeune de notre petit groupe de cinéphiles !

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents