Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Culture Geek

Culture Geek

Bible du cinéma en construction, le site Culture Geek a pour but d'analyser et de critiquer tous les films sortis à ce jour, avec quelques écarts vers d'autres médias, des comics à la musique, en passant par les séries télé et la littérature. Bonne lecture, bonnes recherches, en espérant vous compter un jour parmi mes plus fidèles abonnés. Le blog des passionnés ou des simples lecteurs. Un blog fait pour tout le monde.


Le Point Culture #5 --> Jet Li, légitime successeur de Bruce Lee?

Publié par pellflorent sur 31 Décembre 2014, 09:32am

Catégories : #Les Grands du Cinéma d'Action, #Le Point Culture

 

 

 

Le Point Culture

 

Jet Li, légitime successeur de Bruce Lee? 

 

 

 

Il est vrai que le titre de ce nouveau Point culture est assez osé. En effet, Bruce Lee était le roi des films d'arts martiaux ( et l'est encore aujourd'hui ), et le remplacer pourrait sembler pour beaucoup comme étant impossible. Et je peux comprendre leur raisonnement, car on ne peut remplacer un Schwarzy pour un "Terminator", ou un Stallone pour un "Rambo". Même si j'utilise des cas précis avec des films pour ces deux derniers ( et un cas plus large pour Lee avec un genre tout entier ), l'exemple est là, et j'espère que vous aurez capté ce que je veux vous dire. Certains penseront naturellement que Jackie Chan est le réel successeur de Bruce Lee. Oui et non.

 

 

Jackie Chan se bat bien, certes, mais reste beaucoup trop dans le comique et le grotesque pour pouvoir un jour prétendre à remplacer le plus grand des acteurs de films d'arts martiaux, celui qui les a démocratisés et popularisés aux yeux du grand public ( voir qui les a vulgarisés ). Tout le monde se souvient de ses cris pouvant paraître aujourd'hui ridicules ( que l'on appelle des Kïais en karaté, alors peut-être est-ce la même en kunf fu ), et de ses mouvements complètement absurdes au nunchaku ( je peux vous assurer que le mec qui le manipule comme cela se fait briser en deux ). Alors, qui trouver pour le remplacer? 

 

 

Après des essais de plagiat tous plus foirés les uns que les autres, il faudra attendre l'arrivée d'un jeune chinois pour pouvoir assister à la montée d'une figure des arts martiaux, digne successeur de l'icône de toute une génération : Jet Li. Et une nouvelle fois, voilà une star qui a changé de nom, et a opté pour un pseudonyme assez efficace. Li Lian Jie est né en 1963 à Pékin et s'est inscrit, à l'âge de huit ans, à l'académie de Wushu de Pékin, le sport national là bas, un assemblage d'arts martiaux divers. A onze ans, il a rempoté son premier championnat national. Au total, on lui compte cinq titres de la sorte! Y'a pas à dire, c'est un bon.

 

 

Passionné par ce qu'il fait, il lui arrive même de participer à des tournées mondiales pour illustrer son art à nous les occidentaux, notamment en 1974, où il fait une démonstration de combat à deux devant le président Nixon à la Maison Blanche. Avant même d'avoir 18 ans, il a déjà remporté le titre de Champion national de Wushu toutes catégories quatre fois : en 1975, 1977, 1978 et 1979. Il se fait vite connaître ( encore qu'il l'était déja suffisamment ), et stoppe sa carrière à l'âge de 19 ans pour se consacrer à un nouvel univers, le cinéma. Son premier film? Un film culte. "Le Temple de Shaolin", sorti en 1982, lui sert de tramplin pour s'élever en tant que star du film d'action chinois ( et d'arts martiaux ).

 

 

Il devient vite une figure emblématique du pays et des arts martiaux, et même s'il ne tourne généralement qu'un film tous les deux ans ( voir au maximum trois et au minimum un ), cela ne le gêne pas pour s'imposer comme étant l'un des maîtres incontestés du genre. Jet Li est une valeur sure des arts martiaux, et l'un de ses représentants les plus doués. "Le Temple de Shaolin" connaitra deux suites pour finalement s'arrêter en 1986, après avoir ré-engrangé une certaine passion de la Chine envers les films de kung-fu. A partir de là, Li ne cessera d'enchaîner les succès et les métrages prometteurs, à l'image des plutôt célèbres "Il était une fois en Chine" et de "La légende de Fong Sai-Yuk".

 

 

Mais la Chine semble ne pas contenir assez de bad guys a fracasser, il faut s'étendre bien au delà et s'en aller vers de lointaines contrées, des contrées plus à l'ouest ( si mon sens de l'orientation ne me fait guère défaut ), une occasion se présentant grâce à l'une des meilleures sagas de films d'action américains : "Lethal Weapon", ou de son nom "French" "L'arme fatale". Après s'être encore plus fait connaître par le remake de "La Fureur de vaincre" ( à l'origine film de son idole, Bruce Lee ), cela lui offre une certaine crédibilité pour s'installer outre-atlantique. Dans "L'arme Fatale 4", il campera l'un des meilleurs méchants de la saga, si ce n'est le plus calé niveau kung fu, sorte d'imparable petite épine. Et donc, après un beau score de 25 films en Chine, notre ami Li Lian Jie quitte sa terre natale un court instant et s'en va au pays de l'Oncle Sam. 

 

 

Le public américain l'a particulièrement apprécié dans le banal "Roméo doit Mourir", sorte de "Roméo & Juliette" dans les guettos américains avec du kung fu et des guns. Ainsi, après avoir gravé son nom dans l'esprit des occidentaux, il a commencé à tourner aux côtés des plus grands : Mel Gibson et Danny Glover dans "L'arme fatale 4", Morgan Feeman et Louis Letterier dans "Danny the Dog" ( très touchant ), Luc Besson dans "Le Baiser Mortel du Dragon", Jackie Chan dans "Le Royaume Interdit", Jason Statham dans "Rogue", "The One" et les "Expendables" ( aux côtés de tout le reste du casting, bien sûr! ). On regrettera seulement la qualité de certains de ses films, dont "Rogue", série b plus que décevante qui nous livrera une fin bâclée et honteuse.

 

 

Devenu producteur en 1993, scénariste pour l'occasion du "Baiser Mortel du Dragon" ainsi que réalisateur et coordinateur des combats pour "Born to Defense", on lui doit au total dix productions, un scénario et une réalisation. Mais malheureusement, pour ceux qui se questionnait sur l'absence de Jet Li dans la saga "Expendables", ce n'est pas pour rien. En effet, l'acteur souffre depuis maintenant trois ans d'hypothyroïdie, des conditions qui l'empêchent de faire un quelconque exercice physique ( ils ne sont visiblement pas soigné comme nous, en Chine ). Il ne peut plus participer à des films d'action comme à la bonne époque, et va même jusqu'à ironiser sur sa prise de poids.

 

 

 

Jet Li soutient également plusieurs causes humanitaires. Il est ambassadeur de la Croix Rouge et a fondé la Red Cross Society of China et la One Foundation, qui apporte son aide aux victimes de catastrophes naturelles et à des jeunes souffrant de maladies mentales et de désordres psychologiques. C'est clairement un homme sain ( aux vues des apparences ), quelqu'un de généreux et d'aimant. Il a marqué le cinéma, c'est indéniable, qu'il soit américain ou chinois!

 

 

Les Essentiels

 

 

 

 

 

 

Par Florent Pelletier

 

 

Le Point Culture

 

Jet Li, légitime successeur de Bruce Lee? 

 

 

Il est vrai que le titre de ce nouveau Point culture est assez osé. En effet, Bruce Lee était le roi des films d'arts martiaux ( et l'est encore aujourd'hui ), et le remplacer pourrait sembler pour beaucoup comme étant impossible. Et je peux comprendre leur raisonnement, car on ne peut remplacer un Schwarzy pour un "Terminator", ou un Stallone pour un "Rambo". Même si j'utilise des cas précis avec des films pour ces deux derniers ( et un cas plus large pour Lee avec un genre tout entier ), l'exemple est là, et j'espère que vous aurez capté ce que je veux vous dire. Certains penseront naturellement que Jackie Chan est le réel successeur de Bruce Lee. Oui et non.

 

 

Jackie Chan se bat bien, certes, mais reste beaucoup trop dans le comique et le grotesque pour pouvoir un jour prétendre à remplacer le plus grand des acteurs de films d'arts martiaux, celui qui les a démocratisés et popularisés aux yeux du grand public ( voir qui les a vulgarisés ). Tout le monde se souvient de ses cris pouvant paraître aujourd'hui ridicules ( que l'on appelle des Kïais en karaté, alors peut-être est-ce la même en kunf fu ), et de ses mouvements complètement absurdes au nunchaku ( je peux vous assurer que le mec qui le manipule comme cela se fait briser en deux ). Alors, qui trouver pour le remplacer? 

 

 

Après des essais de plagiat tous plus foirés les uns que les autres, il faudra attendre l'arrivée d'un jeune chinois pour pouvoir assister à la montée d'une figure des arts martiaux, digne successeur de l'icône de toute une génération : Jet Li. Et une nouvelle fois, voilà une star qui a changé de nom, et a opté pour un pseudonyme assez efficace. Li Lian Jie est né en 1963 à Pékin et s'est inscrit, à l'âge de huit ans, à l'académie de Wushu de Pékin, le sport national là bas, un assemblage d'arts martiaux divers. A onze ans, il a rempoté son premier championnat national. Au total, on lui compte cinq titres de la sorte! Y'a pas à dire, c'est un bon.

 

 

Passionné par ce qu'il fait, il lui arrive même de participer à des tournées mondiales pour illustrer son art à nous les occidentaux, notamment en 1974, où il fait une démonstration de combat à deux devant le président Nixon à la Maison Blanche. Avant même d'avoir 18 ans, il a déjà remporté le titre de Champion national de Wushu toutes catégories quatre fois : en 1975, 1977, 1978 et 1979. Il se fait vite connaître ( encore qu'il l'était déja suffisamment ), et stoppe sa carrière à l'âge de 19 ans pour se consacrer à un nouvel univers, le cinéma. Son premier film? Un film culte. "Le Temple de Shaolin", sorti en 1982, lui sert de tramplin pour s'élever en tant que star du film d'action chinois ( et d'arts martiaux ).

 

 

Il devient vite une figure emblématique du pays et des arts martiaux, et même s'il ne tourne généralement qu'un film tous les deux ans ( voir au maximum trois et au minimum un ), cela ne le gêne pas pour s'imposer comme étant l'un des maîtres incontestés du genre. Jet Li est une valeur sure des arts martiaux, et l'un de ses représentants les plus doués. "Le Temple de Shaolin" connaitra deux suites pour finalement s'arrêter en 1986, après avoir ré-engrangé une certaine passion de la Chine envers les films de kung-fu. A partir de là, Li ne cessera d'enchaîner les succès et les métrages prometteurs, à l'image des plutôt célèbres "Il était une fois en Chine" et de "La légende de Fong Sai-Yuk".

 

 

Mais la Chine semble ne pas contenir assez de bad guys a fracasser, il faut s'étendre bien au delà et s'en aller vers de lointaines contrées, des contrées plus à l'ouest ( si mon sens de l'orientation ne me fait guère défaut ), une occasion se présentant grâce à l'une des meilleures sagas de films d'action américains : "Lethal Weapon", ou de son nom "French" "L'arme fatale". Après s'être encore plus fait connaître par le remake de "La Fureur de vaincre" ( à l'origine film de son idole, Bruce Lee ), cela lui offre une certaine crédibilité pour s'installer outre-atlantique. Dans "L'arme Fatale 4", il campera l'un des meilleurs méchants de la saga, si ce n'est le plus calé niveau kung fu, sorte d'imparable petite épine. Et donc, après un beau score de 25 films en Chine, notre ami Li Lian Jie quitte sa terre natale un court instant et s'en va au pays de l'Oncle Sam. 

 

 

Le public américain l'a particulièrement apprécié dans le banal "Roméo doit Mourir", sorte de "Roméo & Juliette" dans les guettos américains avec du kung fu et des guns. Ainsi, après avoir gravé son nom dans l'esprit des occidentaux, il a commencé à tourner aux côtés des plus grands : Mel Gibson et Danny Glover dans "L'arme fatale 4", Morgan Feeman et Louis Letterier dans "Danny the Dog" ( très touchant ), Luc Besson dans "Le Baiser Mortel du Dragon", Jackie Chan dans "Le Royaume Interdit", Jason Statham dans "Rogue", "The One" et les "Expendables" ( aux côtés de tout le reste du casting, bien sûr! ). On regrettera seulement la qualité de certains de ses films, dont "Rogue", série b plus que décevante qui nous livrera une fin bâclée et honteuse.

 

 

Devenu producteur en 1993, scénariste pour l'occasion du "Baiser Mortel du Dragon" ainsi que réalisateur et coordinateur des combats pour "Born to Defense", on lui doit au total dix productions, un scénario et une réalisation. Mais malheureusement, pour ceux qui se questionnait sur l'absence de Jet Li dans la saga "Expendables", ce n'est pas pour rien. En effet, l'acteur souffre depuis maintenant trois ans d'hypothyroïdie, des conditions qui l'empêchent de faire un quelconque exercice physique ( ils ne sont visiblement pas soigné comme nous, en Chine ). Il ne peut plus participer à des films d'action comme à la bonne époque, et va même jusqu'à ironiser sur sa prise de poids.

 

 

 

Jet Li soutient également plusieurs causes humanitaires. Il est ambassadeur de la Croix Rouge et a fondé la Red Cross Society of China et la One Foundation, qui apporte son aide aux victimes de catastrophes naturelles et à des jeunes souffrant de maladies mentales et de désordres psychologiques. C'est clairement un homme sain ( aux vues des apparences ), quelqu'un de généreux et d'aimant. Il a marqué le cinéma, c'est indéniable, qu'il soit américain ou chinois!

 

 

Les Essentiels

 

 

 

 

 

 

Par Florent Pelletier

 
Le Point Culture #5 --> Jet Li, légitime successeur de Bruce Lee?

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents