Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Culture Geek

Culture Geek

Bible du cinéma en construction, le site Culture Geek a pour but d'analyser et de critiquer tous les films sortis à ce jour, avec quelques écarts vers d'autres médias, des comics à la musique, en passant par les séries télé et la littérature. Bonne lecture, bonnes recherches, en espérant vous compter un jour parmi mes plus fidèles abonnés. Le blog des passionnés ou des simples lecteurs. Un blog fait pour tout le monde.


Forrest Gump, l'homme qui faisait pleurer... ( Critique Romancée )

Publié par pellflorent sur 3 Juillet 2014, 09:00am

Catégories : #Comédie - Drame, #Drame, #Critiques Cinéma, #Critiques Romancées

 

 

 

 

 

Le matin, quand il fait bon et beau, normal quoi, j'aime bien me balader à pied. Souvent, je me promène dans le parc de mon quartier. Ça peut paraître con, mais j'aime bien. Et il ne se passe jamais rien, rien de bien excitant ou de passionnant, rien qui ferait de ma vie une odyssée humaine et tragique, unique et inédite, mais bon, ça me plait. Et donc, ce matin, peu réveillé, la tête encore dans les draps et le goût du café dans la bouche, j'y suis allé à contre-coeur, chose qui ne m'était plus arrivée depuis déja quelques temps.

 

Tu vois, j'avais pas trop envie de sortir de chez moi. Alors, ce que j'ai fait, c'est que j'ai allumé la radio. Rien de passionnant. Donc, j'ai pris la télécommande, et j'ai mis la télé. Rien non plus, à par une rediffusion ( chose très rare le matin, vraiment très rare ), celle d'un film que je n'avais encore jamais vu, "Forrest Gump" ( oui, je n'avais pas encore eu le plaisir d'assister à ce spectacle de tendresse et d'amour à mon âge ). Je l'ai regardé quoi, cinq minutes, peut-être dix? J'en avais marre, j'avais mal aux yeux. Non pas qu'il soit mauvais, j'étais juste crevé.

 

Et donc, qu'est-ce que j'ai fait, à votre avis? J'ai pris la décision de sortir de chez moi me balader, vous avez vu juste. Vingt minutes après avoir éteints ma télé, parce oui, ça m'arrive de vouloir être précis, je me baladais parmi les arbres et les oiseaux ( qui mangeaient des miettes de pain de manière amusante ), et je me posais sur un banc, parce que j'en avais légèrement marre de marcher. Je ne savais pas ce que j'avais ce matin, mais c'était vraiment pas normal.

 

Les deux écouteurs dans les oreilles, avec du Skrillex à fond, Bangarang en tête, je restais là pour quelques minutes, surement cinq, peut-être plus. Passons au présent, je préfère. Je lève les yeux au ciel, les ferme, crevé ( merci les lendemains de soirée ), et me concentre dans le premier jump de la chanson, le genre d'instants qui vous filent des tics et des tocs par dizaines pour les trois prochaines minutes, paressant aux yeux des passants et autres promeneurs comme un gros mec hyperactif et complètement chtarbé dans sa tête. Une main me touche l'épaule.

 

Je me retourne, enlève un écouteur, celui de droite, ouvre les yeux, passablement énervé par celui qui vient de me perturber dans mon essai de sieste ( oui, je sais, c'est bizarre de sortir pour dormir ), et me ravise. C'est qui ce gars, là?! "Bonjour, je m'appelle Forrest Gump". Cette voix... Ce visage... Cette façon de s'exprimer... Sans déconner, c'est une blague? Elle est où la caméra cachée?! Il a un timbre unique, le genre qui vous donne son intelligence en deux secondes top chrono, et vous fait comprendre qui vous avez à vos côtés.

 

Il parle un peu comme un pauvre benêt, un gars qui n'aurait pas eu toutes les chances de son côté à la naissance. "Et vous, vous vous appelez comment?" Je fais un blanc, ne lui réponds pas tout de suite, devient vert, un peu comme si l'on me laissait des bleus après un passage à tabac, observe le pigeon gris qui me détaille avec un regard noir, enlève mon deuxième écouteur bleu et lui donne mon nom, puis lui demande : "Vous ne seriez pas..." Il me coupe, et me répond que oui.

 

Puis, il enchaîne et me dit qu'il est devenu une star depuis que le film est sortit, que maintenant les gens l'écoutent quand il leur parle, qu'ils ne s'en vont plus dès qu'il a commencé à un peu trop s'éterniser dans son histoire, qu'il comprend pleinement ce que sa maman voulait dire quand elle lui répétait "La vie, c'est comme le chocolat, on ne sait jamais sur quoi on va tomber", et qu'il regrette sa vie d'avant, avec sa mère et sa copine, Jennifer, avec qui il a eu Forrest Gump, et son meilleur ( unique ) ami, Bubba, pour qui il a fondé une entreprise de pêcheur de crevettes, grâce à laquelle il a fait fortune, aux côtés du sergent Taylor, pauvre gars qui avait perdu ses jambes au vietnam, et que Forrest, en courant, avait sauvé du trépas, lui promettant un avenir meilleur.

 

Mais il regrette surtout son enfance, où personne n'avait encore disparu, où il avait connu de grands hommes, presque tous morts aujourd’hui, Elvis "le King" Presley, John Kennedy et je ne sais plus trop qui, qui me laissent unanimement présager que ce pauvre gars est maudit. Presque tous ceux qui le rencontrent meurent, alors que lui connait un destin encore plus radieux et lumineux que n'importe lequel d'entre nous, véritable leçon de vie sur patte.

 

Et là, le mec me bouleverse, m'attriste, me surprend, m'éblouit, me réconforte ( grâce à des moments tous plus beaux les uns que les autres ), innove et me livre une histoire que je n'aurai jamais pu imaginer. Il en a dans la tête, le pauvre gars, victime de la vie et de la guerre, mais tellement heureux après toutes ces épreuves endurées. Et le pauvre gars me redonne le sourire. Son histoire, sa vie, presque l'intrigue de son existence, sont magnifiques et uniques, bouleversantes et tragiques, mais tellement belles et touchantes!

 

C'est le seul gars qui m'a fait pleuré grâce à son histoire! "Pourquoi vous ne partez pas?" Me demande-t-il gentiment. Il demandait cela tout le temps une fois arrivé à un certain passage de sa vie, le plus triste et le plus beau, quand il arrivait un peu trop loin dans l'histoire, m'a-t-il dit. Et la fin, dramatique et émouvante, gagne en puissance grâce à une dernière image aussi magique que tout le reste.

 

L'histoire de cet homme est fantastique, il y a vu l'évolution de nombre de grands noms de l'histoire de l'homme moderne et de l'Amérique, il a fait le vietnam, s'est fait son propre "Full Metal Jacket", a couru le plus longtemps et le plus loin, et je ne peux que me dire que la mienne n'est rien comparée à la sienne.

 

Et si... Le réveil sonne, je me lève, allume la télé, me remet encore du choc d'avoir vu pour la première fois le chef-d'oeuvre "Forrest Gump" hier soir, et imagine le reste de ma journée. Pourquoi pas me mater "Taxi Driver", ce soir? Il était beau, ce rêve, quand même...

 

19/20

 

Par Florent Pelletier

Forrest Gump, l'homme qui faisait pleurer... ( Critique Romancée )

Commenter cet article

Allocritik 06/07/2014 16:56

Je suis venu à plusieurs reprises sur ton Blog via tes critiques sur Allocine, et je dois bien reconnaître que j'ai apprécié la plume, tout comme la pertinence de tes critiques. D'ailleurs je te félicite pour ton travail exemplaire, ton Blog est de qualité, chose que trop rare sur Internet aujourd'hui. Moi-même entretenant un Blog de critique cinéma, je tenais quand même à te donner mon avis sur ton "changement de cap" (près tu en fais ce que tu veux ^^). Je trouve que ce côté trop narratif et romanesque enlève beaucoup à la pertinence de tes propos. Pour le coup ça irait bien sur un Blog engagé et orienté type celui de l"Odieux Connard" mais pour le tien je suis moyennement convaincu. Ne le prends surtout pas mal mais moi-même je reçois des feedbacks sur mon Blog et je sais à quel point c'est important pour évoluer. Sinon continue ainsi, encore bravo pour ton travail, et n'hésite pas à venir visiter mon Blog si l'envie t'en prend.

pellflorent 07/07/2014 09:15

Je veux bien qu'on en parle par mail, ce sera plus simple! Si tu n'arrives pas à me joindre, je te le laisse : pell.florent@orange.fr . Merci pour ton idée, je m'en vais l'appliquer de suite, c'est ce que je cherchais pour différencier les critiques romanesques de celles plus classiques! Merci, et toi aussi, continue, tu fais du bon boulot!

Allocritik 06/07/2014 19:08

Je ne sais pas si t'as accès à mon mail quand je te réponds mais si oui on peut en parler par mail si tu préfères. Je ne savais pas que tu avais lu certaines de mes critiques et encore moins que t'avais vu des films grâce à elles. Tu m'en vois flatté, je te remercie du compliment. Ton idée de rédaction romanesque est très originale et c'est franchement intéressant je trouve. Après je créerais peut-être une autre section dans ton menu pour classer ces "romans", mais à mon humble avis tu devrais les différencier des critiques, car finalement il ne reste que peu d'éléments relevant de la critique pure. La lisibilité et la clarté seront facilitées sur ton Blog. Sinon continue ainsi, beau boulot.

pellflorent 06/07/2014 17:23

Salut! Merci pour ton commentaire, déja! J'ai moi aussi lu tes critiques, et tu as une réelle pertinence! Grâce à toi, je dois bien avouer avoir vu certains films ^^ Et je suis heureux que tu me donnes ton avis! Je ne le prends pas mal, ne t'inquiètes pas! :D Les critiques comme les tiennes permettent d'évoluer. En fait, si tu préfères, je ne vais faire des critiques avec ce style d'écriture que pour les films qui m'ont vraiment marqué, et non pour ceux un peu plus normaux ( les blockbusters bien bourrins ). Et n'hésite pas à me donner d'autres conseils, j'en suis friand! ^^

Mina 03/07/2014 22:18

Bravo Florent, tu m'as touché et c'est pas évident sur le net, il y très peu de blogs qui sortent de l'ordinaire, le tien est rafraichissant et je n'ai qu'un petit conseil (si je peux me permettre) tu peux te mater "Taxi Driver"A très vite !!!!

pellflorent 06/07/2014 16:27

Salut Mina! Merci beaucoup, c'est ta réponse qui est touchante, surement bien plus que ma critique, tant elle me fait plaisir et m'encourage. Il n'y a rien de mieux que de tels compliments, merci beaucoup ^^ Bien sur que tu peux te permettre ce conseil, et si tu en as d'autres, ne te gêne surtout pas! A très vite, oui!

Ps :J'ai juste une ou deux critiques à faire de manière plutôt classique, et après, je pense, que je vais toutes les écrire comme celle ci et celle d'Edge of Tomorrow, vu ce que vous m'en dîtes, 007bond et toi.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents