Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Culture Geek

Culture Geek

Bible du cinéma en construction, le site Culture Geek a pour but d'analyser et de critiquer tous les films sortis à ce jour, avec quelques écarts vers d'autres médias, des comics à la musique, en passant par les séries télé et la littérature. Bonne lecture, bonnes recherches, en espérant vous compter un jour parmi mes plus fidèles abonnés. Le blog des passionnés ou des simples lecteurs. Un blog fait pour tout le monde.


Rien à déclarer

Publié par pellflorent sur 2 Mai 2014, 18:07pm

Catégories : #Comédie - Drame, #Critiques Cinéma

 

 

 

J'ai déja fait, dans de nombreuses critiques, de multiples références à ce long-métrage, "Rien à déclarer", me montrant quelques fois, je dois bien le reconnaitre, assez injuste. Attention, je ne dis pas que ce que j'ai déja écrit, c'était n'importe quoi, non, seulement que je l'ai parfois critiqué trop sévèrement. Sauf que le soucis ( pour le film, pas pour moi ), c'est que j'avais en partie raison!

 

Fort du succès de son "Bienvenue chez les Ch'tis", sa deuxième réalisation qui avait rapporté bon vingt millions de dollars, un succès phénoménale, plus rentable que le "Titanic" de Cameron ( Oui, vous avez bien lu! ), il fallait bien qu'il nous propose une nouvelle comédie populaire calibrée afin de faire un massacre au box-office. Et malheureusement, il a réalisé ses objectifs.

 

Non mais quand vous voyez le résultat final, qui, il faut bien l'avouer, est plutôt décevant bien que pas trop catastrophique, il est quand même incroyable qu'un tel film ait engendré plus de huit millions de spectateurs. Quand on voit que certains chef-d'oeuvre ne dépassent pas le million... Prenez le génial "The Grand Budapest Hotel", par exemple, qui n'a qu'à peine dépassé les un million d'entrées. Vous ne trouvez pas cela exagéré, quand même? Bref.

 

Comme je l'ai déja dit plus haut, "Rien à déclarer" est un film que j'ai parfois critiqué assez injustement, mais qui n'est pas très bon non plus. Il est entre le bien et le mauvais, mais au final se montre assez amusant pour ne pas que l'on tombe dans l'ennuie et la somnolence. Parce qu'il faut bien l'avouer, si ce long-métrage a été mis au point, c'était principalement pour son humour. Bon, également pour l'argent, mais comme l'industrie est un cinéma et que 95% des productions de nos jours sont faites dans ce but, je n'en parlerai pas. "Mais tu viens pas de le faire?" En quelque sorte...

 

Sauf que le problème avec ce film, que ne rencontrait pas "Bienvenue chez les Ch'tis", c'est que son humour n'est pas très drôle. On aurait pu s'attendre à des scènes hilarantes ou tout simplement très amusantes, tellement qu'on en rirait à gorge déployée. Sauf que non, en fait, la moitié des gags sont soit lourds soit déja écumés par d'autres films beaucoup plus réussis que celui ci et qui les utilisaient d'une manière bien plus pertinente et recherchée.

 

Bon, je dois tout de même vous concéder qu'il y en a qui sont quand même plutôt drôles, à l'image de la séquence dans le restaurant, où les français et les belges s'envoient une vanne chacun qui, il faut bien l'avouer, était plutôt bien écrite et un tant soit peu originale. Bon, il n'empêche que la blague que sortent les douaniers français est tout à fait lourde et pas évidente à comprendre au premier coup ( ne vous inquiétez pas si vous ne riez pas, c'est normal ), alors que celle des belges est vraiment très bonne.

 

C'est surtout le ton de Poelvoorde et sa façon de la dire, avec ses mimiques et tout ça, qui vous feront rire. Tiens, puisque j'en parle, Benoit Poelvoorde a confirmé une hypothèse que je m'étais faite dès "La maison du bonheur", la première réalisation de Dany Boon. En fait, à chacun de ses films, et ce bien qu'il soit le héros, il se fera constamment voler la vedette par un acteur jusque là montré comme un second rôle.

 

Là, c'est par l'interprète que j'ai déja cité, dans son premier long-métrage, c'est par Daniel Prevost et dans "Bienvenue chez les Ch'tis" et "Supercondriaque", c'est par Kad Merad, qui crève constamment, bien qu'il était le personnage principal des "Ch'tis". Bref. Ce n'est une surprise pour personne, il gardera sa façon de jouer ( celle qu'il a depuis son premier film ) avec cet air idiot et béat dont lui seul semble avoir le secret, me faisant de plus en plus penser que ce mec aurait du devenir clown plutôt qu'acteur.

 

Et qu'on ne vienne pas me le comparer avec De Funès, s'il vous plait, ce dernier est intouchable, et que cela soit clair, c'est un monstre du cinéma français, et un monument de la comédie! Boon n'est qu'un acteur de plus, pas spécialement doué et, cela n'engage que moi, un peu trop surestimé. Poelvoorde est plutôt bon acteur, ça, c'est sur, en plus d'être l'intérêt principal du film, mais au final surjoue quelque peu.

 

Le voir crier dans tous les sens n'aura rien de drôle et sera plutôt agaçant, pour ne pas dire complètement lassant. Une fois, ça va, deux ok, trois, ça commence à montrer un manque d'imagination, mais alors quatre ou cinq, c'est tout simplement en trop! La fin est amusante, sans toute fois casser la baraque, mais sa morale est plutôt surfaire, bien qu'efficace. Il faudrait tout de même songer à imaginer de nouvelles choses!

 

"Rien à déclarer" est un film à la réalisation plutôt bonne, mais qui pâtit d'un humour parfois trop lourd et se révèle comme étant une comédie populaire bien moins originale et soignée qu'un "Camping", pour changer de Boon, ne cherchant ni l'originalité ni la finesse pour nous balancer en pleine face des répliques pas trop mal écrites et un sens de la répartie amusant. On sourira plus qu'on ne rira, bien que l'on aurait tous souhaité le contraire.

 

11/20

 

"Est-ce que tu sais pourquoi les français adorent les blagues belges? [...] Parce qu'ils rient trois fois. Oui oui. Ils rient quand on leur raconte, ils rient quand on leur explique, et ils rient quand ils la comprennent!" Benoit Poelvoorde.

 

Par Florent Pelletier

Rien à déclarer

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents